Crédit client

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Comme son nom l’indique, le crédit client correspond au délai de paiement accordé par une entreprise à ses clients. Avec le crédit fournisseur, c’est l'une des deux composantes du crédit inter-entreprises.

Selon les statistiques de la banque de France, le délai moyen de règlement des clients en France est d’environ 50 jours. Cet article vous dit tout sur le crédit client, sa définition, son calcul et ses conséquences sur la trésorerie d'une entreprise.

Définition et mode de calcul

En termes comptables, le compte client est constitué par les encours facturés, mais non réglés, suite à une livraison de biens ou une prestation de service réalisée par une entreprise auprès de ses clients.

Avec le crédit fournisseur, le crédit client est l’une des deux composantes du crédit inter-entreprises.

Les créances relevant du crédit client sont enregistrées dans le compte « Clients et comptes rattachés ». Une fois que le client a réglé son dû, le compte caisse augmente et le compte client diminue.

Calcul de la durée moyenne du crédit client

La durée moyenne du crédit accordé aux clients est estimée en nombre de jours. Ce ratio de rotation se calcule ainsi :

(créances clients ÷ chiffre d'affaires) × 360 jours TTC = crédit client

Les actionnaires ont intérêt à se pencher sur cette durée moyenne, dont l’augmentation peut signifier que certains clients sont en difficultés.

En France, selon une récente enquête de la société de recouvrement de créances Intrum Justicia, les entreprises doivent en moyenne patienter 34 jours pour se faire payer par leurs clients particuliers, 48 jours s’il s’agit d’une entreprise et jusqu’à 58 jours si les clients sont rattachés au secteur public.

Ces délais sont supérieurs de 50 à 100 % à ceux constatés en moyenne en Europe.

Impact du crédit client sur la trésorerie

Même si des indemnités forfaitaires peuvent s’appliquer en cas de retard de paiement, la plupart des entreprises préfèrent faire le dos au rond pour ne pas dégrader les relations commerciales qu’elles entretiennent avec leurs clients.

Les délais accordés interfèrent avec la trésorerie de l’entreprise et sur le besoin en fonds de roulement (BFR).

Selon Intrum Justicia, 41 % des entreprises françaises considèrent que ces retards de paiement provoquent des problèmes de liquidité.

Théoriquement, la loi impose un délai maximum de règlement de 30 jours à la date de réception des marchandises ou d’exécution de la prestation. Toutefois, la plupart des entreprises acceptent d’allonger ce délai, qui ne doit théoriquement pas dépasser 60 jours à compter de la date d’émission de la facture.

Ces pros peuvent vous aider